Prix littéraire des collégiens 2017

23 janvier 2017
Par

Dès janvier, 700 étudiants de 57 cégeps et collèges liront les titres suivants et voterons pour le grand gagnant en avril prochain.
Voici les finalistes de la 14e édition – disponibles à la bibliothèque.


Les maisons / Fanny Britt (Montréal : Le Cheval d’août, c2015 | 221 pages)

« Une agente immobilière fait la rencontre d’une personne qui revient tout droit du passé. Ils ont rendez-vous. L’existence de cette femme sera-t-elle bouleversée à jamais? Ce roman nous plonge dans le cœur de Tessa, cette femme qui est à la fois mère, amante, amie, fille et sœur. À l’heure des bilans, elle nous raconte son arrivée à Montréal avec sa mère et son frère, sa rencontre avec sa meilleure amie, celle avec son premier amour, la naissance de son premier fils. Que se passe-t-il quand on a l’impression de ne pas être la personne que l’on croyait devenir? L’avenir ne nous avait-il pas réservé autre chose? Quelle maison faut-il choisir? Les maisons de Fanny Britt est un roman beau et lumineux, parfois drôle et surtout très touchant. »
Élise Thériault, librairie Les Bouquinistes (Chicoutimi)


Le continent de plastique / David Turgeon (Montréal : Le Quartanier, 2016 | 307 pages)

« Un doctorant en littérature fraîchement sorti de l’université devient l’adjoint d’un écrivain populaire. C’est ainsi qu’est convié l’homme dans les méandres de l’univers livresque qui le mène à devenir l’assistant de Denise Bruck, la relationniste de presse de son « maître » originel. Le narrateur est alors relégué dans l’ombre de deux similis-écrivains qui usent de pratiques douteuses pour achever leur travail. Commence alors une grande histoire d’amour entre le narrateur et Bruck. Chez Turgeon, le propos accompagne la manière; son écriture y est fantaisiste et le style y est brillant. David Turgeon signe ici son œuvre la plus achevée en maintenant toujours son obsession de dépeindre des livres et leurs auteurs comme si le continent de plastique, dont fait état le narrateur tout le long du roman, était constitué de ces pans de romans qui nous sont offerts au fil de la lecture. »
Victor Caron-Veilleux, librairie Livres en tête (Montmagny)


Le poids de la neige / Christian Guay-Poliquin (Chicoutimi : La Peuplade, 2016 | 296 pages)

« Mon coup de cœur de la rentrée littéraire 2016! Nous y retrouvons le personnage du Fil des kilomètres qui, après avoir parcouru le pays victime d’une panne majeure d’électricité, se retrouve, à la suite d’un accident, immobilisé, en pleine convalescence, sur la véranda d’une maison prisonnière de l’hiver. Lentement, il devra apprendre à vivre avec Matthias, un autre personnage qui ne peut, à cause de la panne de courant et de l’accumulation de la neige, quitter le village. Bien que presque tout le roman se déroule dans une même pièce, il m’a tenu sur le bout de ma chaise jusqu’à la toute fin! La psychologie des personnages est menée de main de maître par un Christian Guay-Poliquin qui n’a pas fini de nous épater par sa plume étonnante! »

Shannon Desbiens, librairie Les Bouquinistes (Chicoutimi)


Des femmes savantes / Chloé Savoie-Bernard (Montréal : Triptyque, 2016 | 120 pages)

« Ces femmes ont bien appris la leçon. Les règles, elles les connaissent. Est-ce donc leur faute si, au dernier moment, ça coince ? La ligne de khôl, les vœux du Nouvel An, un coiffeur qui vous prend pour Courtney Love, une fin de soirée sans condom, ce plan si simple pour faire renvoyer la vendeuse détestée de toutes… Prises entre désir de plaire et souci d’authenticité, les femmes et les filles mises en scène par Chloé Savoie-Bernard se délectent de leur solitude jusqu’à l’écœurement. Quelles parts de soi faut-il enjamber pour atteindre l’autre ? Certaines arriveront à faire le grand écart, d’autres non. Habitées par les sons et les langues de Montréal, par la musique pop et la poésie, ces nouvelles sont portées par un souffle aussi lyrique qu’impur. La contamination est amorcée. — 4e de couv.. »


Mektoub / Serge Lamothe (Québec : Éditions Alto, 2016 | 193 pages)

« Mektoub! C’était écrit!
Cette expression, qui évoque la fatalité, résume à elle seule un éternel débat : notre destinée échappe-t-elle à notre volonté ou disposons-nous d’un libre arbitre qui nous permet de l’infléchir?
Le 31 juillet 1976, à Montréal, le dernier accident d’une série de sept va déterminer le destin d’un homme et d’une femme qui, toute leur vie durant, tenteront de donner un sens à cet événement.
Avec la verve qu’on lui connaît, Serge Lamothe (Tarquimpol, Les enfants lumière) se joue des frontières du vraisemblable afin d’éclairer notre humanité et nous entraîne dans la quête émouvante de deux êtres qui se savent destinés l’un à l’autre.»


Sources: revue.leslibraires.ca   prixlitterairedescollegiens.ca   ledevoir.ca

Mots-clés:

Trouver un document

Mon dossier

Bases de données

  • 12Petit Robert intégral
  • 13Multidictionnaire
  • 1Grand Robert & Collins
  • 22Universalis
  • 2Britannica anglais
  • 2Britannica Espagnol
  • 3Cairn
  • 3eBooks
  • 3EDesLibris Bibliothèque numérique canadienne française
  • 41Érudit
  • 42Eureka.cc
  • 42Repère
  • 43ASP
  • 44ProQuest Journals
  • 50Histoire à la carte
  • 51ARTstor
  • 52Collection de vidéos éducatives (Grics)
  • 53CURIO Radio-Canada
  • 54Radio-Canada Archives
  • 55EduMédia
  • 5ONF
  • 63RéférencesEco
  • 64CRAAQ-Vidéos
  • 64Méthode de soins informatisées
  • 6ECPS
  • 6HandBook
  • 6Véga – Logiciel de gestion de produits dangeureux